Éric Schelstraete (Bruxelles - 1960)

Artiste graveur formé à l’Académie des Beaux-Arts de Watermael-Boitsfort depuis 2012, Éric Schelstraete est un graveur qui sait allier maîtrise technique et imaginaire fécond… Ses linogravures sillonnent notre humanité dans tous ses recoins et offre aux spectateurs un panorama artistique qui va de la simple approche esthétique à la critique sociale la plus hardie.

 

« À l’origine, il y a la passion de la poésie que j’exerce depuis près de 25 ans sous le pseudonyme d’Ardent Duchesne. De cette matrice faite d’encre et de mots est venue la volonté d’illustrer des images poétiques. La gravure s’est alors imposée à moi tant par son rapport étroit avec le papier - et donc le livre - que par ma proximité avec de nombreux graveurs que j’admirais beaucoup comme Roger Dewint, Kikie Crèvecoeur ou Jean Coulon… ».

 

Éric Schelstraete est encore Responsable de collection auprès de la Fédération de l'industrie cimentière belge, entreprise pour laquelle il aura réuni  pas moins de 110 gravures issues de 35 artistes différents. Il est enfin fondateur, avec Masako Jin, du groupe artistique "Les perles de feu", qui réunit depuis 2016 des artistes belges et japonais issus de toutes disciplines...

Commentaire sur le poète qui grave

Cher Eric,

Avec ton talent ambidextre de poète et de graveur (je pense à ton lien avec le maître Roger Dewint), ta présence au sein des livres "pauvres" (ces livres d'artistes hors commerce qui ont élu plusieurs mois domicile à la Wittockiana en 2017) est un trésor. Toujours tes envois surprennent, enchantent. Une saisie du monde sur le mode de la fête se transforme en interrogation sur notre finitude.
Dans les collections dédiées à Paul Valéry, tu as commis, sous le titre "A nos plaies ordinaires", un livret où Ardent Duchesne (c'est toi) célèbre la poésie, "seul baume sur nos existences asservies", tandis qu'Edgard Schelstraete (c'est ton père) dessine une tête de mort rehaussée d'un bonnet phrygien où la fougue révolutionnaire fait un pied de nez à notre étrange destinée fondée sur le devoir de "réussir sa vie…"

L'humour délicieux et corrosif est la marque d'un Eric qui s'égare avec ardeur. Et le combat continue...

 

Daniel Leuwers

Professeur de littérature française à l'université François Rabelais de Tours, critique littéraire et poète.

 

Fait à Tours, par courrier électronique

Le 3 juin 2018